Sarah Brossillon Astrologue en ligne, astrologue Paris et Coach développement personnel

Astrologue en ligne et astrologue Paris – Coach développement personnel – Voyance qualité

 

Astrologue en ligne et coach développement personnel, citation (56)

Si vous souhaitez qu’une chose arrive dans votre vie, ne demandez pas à l’Univers que cette chose vous arrive, mais ressentez que cette chose est déjà là, est déjà arrivée. En effet, lorsque vous demandez et attendez qu’une chose vous arrive, l’Univers vous envoie… cette attente.

astrologue en ligne, Paris, coach développement personnel, contact voyant, citation 56

 
 

Vie sentimentale : vais-je rencontrer quelqu’un ?

Vous êtes nombreux à me poser des questions sentimentales. Alors, voici un petit article pour vous faire comprendre comment nous fonctionnons et comment je réponds à vos questions.

Notre début de vie 

Lorsque nous naissons, puis évoluons dans l’enfance, l’adolescence, nous recevons l’amour de notre mère, de notre père, de nos frères et sœurs, ainsi que d’autres personnes qui nous aident à construire l’amour que nous avons pour nous-même.

L’amour que nous nous portons ou l’image du verre d’eau

Toutefois, pour des motifs variés, arrivés à l’âge adulte, l’amour que nous nous portons n’est pas toujours suffisant pour entrer dans une relation stable.

Je prends souvent l’image du verre d’eau pour faire comprendre ce qu’il se passe en nous (l’eau représentant l’amour que nous nous portons) :

- lorsque notre verre d’eau n’est pas assez rempli, nous attirons des personnes dont le verre d’eau n’est pas assez rempli.
– lorsque notre verre d’eau est bien rempli, nous attirons une personne dont le verre d’eau est bien rempli.

Lorsque l’amour que nous nous portons est insuffisant

Dans le premier cas cité ci-dessus, nous ne nous aimons pas assez et nous recherchons l’amour à l’extérieur. C’est ainsi que nous souhaitons faire une rencontre pour combler cet amour que nous ne nous donnons pas à nous-même.

Seulement, l’énergie qui émane de nous est l’énergie que nous attirons ; autrement dit, si nous ne nous aimons pas assez, nous rencontrons quelqu’un qui ne s’aime pas assez. Mais nous ne le voyons pas, aveuglés que nous sommes par le manque d’amour et la recherche de celui-ci, à travers l’autre, à l’extérieur de nous.

Alors, nous lui disons « je t’aime », parce que nous pensons que nous aimons cette personne. Mais nous ne nous aimons déjà pas assez nous-même, alors nous n’aimons pas assez cette personne non plus ; elle ne reçoit donc pas assez d’amour de notre part. Et comme elle ne s’aime pas assez elle-même non plus (c’est subtil, mais c’est la réalité, du moins, ma conception), l’énergie d’amour circule en petite quantité.

Alors pourquoi lui disons-nous autant de « je t’aime » ? Et bien, les « je t’aime » sont comme des appels au secours qui signifient : « Aime-moi s’il te plaît, je ne suis rien sans toi, je ne m’aime pas et je compte sur toi pour m’apporter de l’amour que je ne sais pas m’apporter ».

Mais l’autre est comme nous dans cette situation ; il ne s’aime pas assez non plus. Son verre d’eau est aussi peu rempli que le nôtre. Alors de là, vont découler toute une série de souffrances.

Les souffrances endurées dans une relation, lorsque nous ne nous aimons pas suffisamment

- peur de l’abandon
– possessivité
– coups de téléphone, envois de messages à répétition
– le manque pathologique de l’autre (nous ne nous supportons pas seul, nous ne nous supportons déjà pas nous-même, ce qui est bien le signe d’un mal-être vis-à-vis de nous-même)
– manque de confiance en l’autre
– crises de jalousie
– conflits dans la relation
– toxicité de la relation
– addiction à l’autre
– pleurs
– crises en tout genre
– colère, rancœur envers l’autre, difficulté à pardonner
– demande d’amour en retour
– chantage
– si l’autre nous quitte, il nous est difficile de remonter la pente, puisque nous n’arrivons pas à vivre avec nous-même à la base, et nous pouvons enchaîner avec une autre relation pour compenser la précédente, en recommençant un schéma nous amenant aux mêmes déboires.

Mais aussi :

- nous nous sentons prisonnier de l’autre qui a peur de nous perdre et est possessif
– nous n’avons pas envie de répondre à ses appels, à ses messages, parce que nous en avons marre
– l’autre ne nous manque pas, mais nous savons qu’il souffre beaucoup de notre absence ou de notre silence
– manque de confiance en nous (même si nous le cachons ou n’en avons pas conscience)
– nous ne supportons pas ses crises de jalousie
– nous passons pour quelqu’un d’indifférent, d’égoïste, qui laisse l’autre pleurer, souffrir
– nous voulons nous détacher de l’autre, mais nous ne savons pas comment faire
- etc.

« Suis-moi, je te fuis, fuis-moi, je te suis »

Dans cette relation, le rôle de dominant ou de dominé peut s’alterner. Nous pouvons être celui qui est en manque de l’autre ou celui qui tente de se détacher de l’autre.
Dans ces deux rôles qui peuvent s’alterner, nous sommes dépendants de l’autre.
Nous attirons toujours une personne dont l’énergie est similaire à celle qui émane de nous. Certains emploient le terme de « Loi de l’attraction » pour définir ce phénomène.

Par conséquent, celui ou celle qui se retrouve dans une relation où l’un développe une addiction affective, est aussi dans une dépendance affective. Vous connaissez probablement le dicton « Suis-moi, je te fuis, fuis-moi, je te suis ».

Comment sortir de ces relations de dépendance ? Apprenez à vous faire plaisir

Et bien, il faut se retrouver dans le second cas cité plus haut : remplir notre verre d’eau suffisamment pour nous sentir épanoui, supporter notre propre solitude, c’est-à-dire, supporter d’être avec nous-même.

Comment remplir ce verre d’eau ?
A cette question, je vous répondrais : en vous faisant plaisir, en dressant une liste de tout ce qui vous fait plaisir dans la vie. Il peut s’agir de choses que vous avez toujours voulu faire, mais n’avez jamais osé aborder, de choses que vous avez été empêchés d’étudier pour un motif qui vous est propre. Il peut s’agir d’activités que vous adoriez faire auparavant, d’activités qui vous mettaient en valeur, qui vous donnaient confiance en vous, dans lesquelles vous vous sentiez vivre ! Réfléchissez et notez tout ce qu’il vous plairait de faire dès maintenant. L’activité qui vous nourrit le plus est à mettre en avant.

En une phrase : apprenez à vous faire plaisir.

Si vous vibrez « plaisir », vous aimez la vie, vous vous aimez vous-même, vous pouvez aimer une personne et donc être aimé(e) de cette personne.

Faites le point sur votre activité quotidienne

Nous avons également besoin de bien être sur notre chemin. J’ai souvent constaté que lorsque nous ne sommes pas dans la bonne activité, cela a des répercussions sur notre vie en général, et bien évidemment, sur notre vie affective.

Il nous faut donc travailler à nous retrouver sur notre chemin. Une activité n’est pas seulement un travail rémunérateur ; une activité est également un travail que nous avons besoin de faire pour nous-même, comme un exercice quotidien, qui nous est constructif. Il est donc nécessaire de faire le point sur nos attentes en terme d’activité, de travail quotidien.

L’amour arrive lorsque nous nous épanouissons

Une fois que nous avons rempli notre verre d’eau, nous nous sommes rempli d’amour pour nous-même. Nous attirons une personne épanouie, qui se supporte elle-même, supporte sa solitude, n’a pas besoin d’être nourrie de l’extérieur.

Nous nous retrouvons alors devant un être avec lequel nous ne sommes plus dans le besoin de l’autre pour combler notre propre manque d’amour, mais nous avons envie de partager notre amour avec cette personne.

C’est à ce moment-là que l’amour circule dans la relation. Nous sommes passés de l’amour « besoin » à l’amour « partage ». L’amour est un échange ; il se partage avec l’autre ; nous partageons des plaisirs avec l’autre ; nous échangeons de l’amour qui circule dans la relation.

Comme nous sommes capables de supporter notre propre solitude, si l’autre doit s’absenter quelques jours, bien sûr que nous pouvons ressentir un manque, mais nous ne sommes plus dans le manque pathologique, car nous avons appris à nous apporter du plaisir à nous-même, de l’amour à  nous-même.
Il n’y a alors pas de pleurs, de manque, de souffrance, de possessivité, de jalousie maladive, de peur de l’abandon, etc. ; si nous ne nous abandonnons pas nous-même, l’autre ne nous abandonne pas non plus.

Répondre à vos questions : « Vais-je rencontrer quelqu’un ? »

Répondre à votre question « Vais-je rencontrer quelqu’un ? »nécessite pour moi d’aller au-delà de votre simple question.

Il me faut comprendre si vous êtes sur votre chemin de vie et comprendre comment vous vous comportez dans la relation à l’autre.

Certains vous répondront, en quelques minutes, que dans quelques semaines, le ciel va se dégager et qu’une rencontre peut se profiler, sans avoir plongé dans les entrailles de votre thème pour comprendre où vous êtes sur votre chemin de vie.

Je m’entretiens donc avec vous dans un échange constructif pour vous faire comprendre le sens à suivre pour rencontrer une personne durable, avec laquelle partager une relation d’amour et non une relation de besoin (de dépendance).

Ne faites pas la politique de l’autruche : vous perdez du temps au lieu d’en gagner

Vous ne pourrez être aimé(e) tant que vous ne vous aimerez pas. Vous ne pourrez être dans une vraie relation sentimentale tant que vous vous mentirez à vous-même. Alors, ne faites pas la politique de l’autruche : vous perdez du temps au lieu d’en gagner, et le temps, c’est de l’amour.

Beaucoup cherchent à combler ce manque intérieur à travers des relations de dépendance, des pseudo-amours pour reprendre le terme de Jacques Salomé, et réalisent des années plus tard qu’ils ont perdu leur temps à avoir voulu aller trop vite.

Faites ce travail sur vous-même si vous ne voulez pas que le prince ou la princesse charmant(e) ne se transforme en une personne qui vous encombre de souffrances émotionnelles, voire en cauchemar dans certains cas, et ce, pendant des années. Le temps, c’est de l’amour.

astrologue en ligne et coach développement personnel copyright

Dans : - L'AMOUR,- LE MANQUE,- VIE SENTIMENTALE : VAIS-JE RENCONTRER QUELQU'UN ?
Par laurespace
Le 25 novembre 2016
A 3 h 14 min
Commentaires : 0
 
12
 
 

Aloepauline |
BlaBla Girl le Blog |
Azzitrill400 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | INTOX AUX MÉDOCS Ou Songes ...
| Drogblog
| Sophrologie 974