Sarah Brossillon Astrologue en ligne, astrologue Paris et Coach développement personnel

Astrologue en ligne et astrologue Paris – Coach développement personnel – Voyance qualité

 

Comment ne pas se culpabiliser ?

Combien de personnes éprouvent de la culpabilité lors de la mort d’un être cher, a fortiori s’il s’agit d’un enfant ou d’un animal que l’on était censé protéger ?

Or, tout être a un libre arbitre et en cela la responsabilité de choisir. Certes, le libre arbitre fait partie de l’inconscient collectif, dont les forces font le destin (le destin est en réalité l’interaction de toutes les forces de l’Univers).  Il en va ainsi de l’insecte qui se trouvait sous vos pieds au moment où ceux-ci l’ont écrasé, au patient malade qui a attiré à lui le médecin qui n’a pas pu le guérir, en passant par les cellules qui ont pris forme dans un corps pour créer un petit être humain, mais également d’un animal domestique. 

Sans aborder le sujet de l’avant-vie expliquant que chaque être s’incarne sur Terre en utilisant son libre arbitre , chaque atome, chaque molécule, chaque cellule, chaque organe, chaque être a, comme tout ce qui existe dans l’Univers, un libre arbitre, c’est-à-dire la responsabilité de choisir ce qu’il souhaite vivre.

Le libre arbitre n’est pas réservé aux humains adultes ; il est en tout, il est partout. Choisir qu’un adulte a un libre arbitre, mais qu’un bébé, un animal domestique, une personne âgée malade, un végétal, un minéral, un nuage, la pluie, le sable d’une plage, etc. n’ont pas de libre arbitre, c’est considérer que le libre arbitre n’est un droit universel attribué qu’à certains êtres ; le libre arbitre comme le destin (auquel il est indissociablement lié) ne serait réservé qu’aux humains matures et en pleine possession de leurs facultés. Or, il n’en est rien. Quand un bébé, un enfant, une personne âgée, un animal domestique meurent, cela était leur destin, cela était leur libre arbitre. Le libre arbitre n’est pas l’apanage des facultés mentales d’un cerveau bien pensant : il est en tout ce qui existe. 

Se culpabiliser de ne pas avoir pu sauver un être cher de la mort, ressentir que si nous avions agi autrement, l’être serait encore en vie, c’est penser que le libre arbitre de cet être dépendait de nous.

Mais si l’on y réfléchit de plus près, lorsque le libre arbitre d’un être dépend de nous, nous l’empêchons d’avoir un libre arbitre. Nous étouffons en réalité son libre arbitre, nous nous accaparons sa responsabilité de choisir, même si elle est inconsciente. Un être prêt à mourir n’a pas forcément conscience d’être prêt ; chez beaucoup de personnes, le fait d’être prêt à partir est inconscient.

Ce que cet être a choisi de vivre nous renvoie en réalité à ce que nous avons également choisi de vivre à travers sa mort. Inconsciemment, nous avons choisi sa mort, tout comme cet être. Mais nous nous rongeons de l’intérieur en nous culpabilisant, en nous disant que nous étions responsables de cet être. Oui, nous avons tous notre propre responsabilité, notre propre libre arbitre, de même que cet être avait son propre libre arbitre, lequel n’exclut aucun élément de l’Univers, pas même la plus petite particule qui soit.

Se culpabiliser vis-à-vis de cet être, c’est continuer, malgré sa mort, d’interagir avec lui/elle en l’empêchant d’avoir le libre arbitre, d’être libre. Et tandis que nous n’acceptons pas que cet être avait un libre arbitre, nous n’acceptons pas le nôtre. Nous devenons dépendants du destin, de la même façon que nous rendons ces êtres dépendants de nous ; nous faisons envers eux ce que nous faisons envers nous-mêmes : les empêcher et s’empêcher d’être libres, donc nous nous étouffons intérieurement.

Faire dépendre de soi un être extérieur, c’est projeter à travers lui/elle notre propre dépendance ; or, être dépendant, c’est manquer de responsabilisation.

Paradoxalement, nous voulons qu’ils reposent en paix. Ils ne peuvent reposer en paix que que s’ils sont émancipés de notre culpabilité qui rend leur libre arbitre dépendant de nous. Pour se libérer de la culpabilité, il est nécessaire de comprendre qu’à un moment donné, cet être a décidé, via son libre arbitre (inconscient ou conscient), comme nous l’avons décidé également inconsciemment, via notre libre arbitre qu’il en soit ainsi. Nous avons pu faire tout notre possible, ou nous avons pu ne faire que ce nous pouvions, et pendant que nous le faisions, cet être choisissait inconsciemment ce que nous pouvions ou ne pouvions pas faire.

Agir en ayant bonne conscience, être ni dans l’excès, ni dans l’insuffisance, savoir que si nous n’avons pas pu faire comme nous l’aurions souhaité, c’est parce qu’il y avait une raison, que rien n’arrive par hasard, c’est permettre de ne pas se culpabiliser.

astrologue en ligne, coach développement personnel, contact voyant paris, voyance sérieuse par téléphone - la culpabilité

Dans : - LA CULPABILITE,-> COACHING DEVELOPPEMENT PERSONNEL,-> MES CITATIONS A MEDITER
Par laurespace
Le 8 septembre 2016
A 21 h 03 min
Commentaires : 0
 
 
 

Aloepauline |
BlaBla Girl le Blog |
Azzitrill400 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | INTOX AUX MÉDOCS Ou Songes ...
| Drogblog
| Sophrologie 974